Dire ou ne pas dire ?

Parler de soi, ce n’est pas vraiment simple. Ou on a beaucoup de chose à dire, ou on a rien ou pas grand chose à dire.

Bon, pas de bol, moi j’ai plein de choses à dire sur tout.

Mais, je vous rassure de suite, je vais faire cours. Du moins, je vais essayer.


Le blog

Les migrants, nous sommes soumis à un véritable matraquage médiatique

les migrants

Les migrants de Calais, véritable matraquage à la une ?

Le matraquage médiatique continu avec aujourd’hui, à la une de tous les journaux, la visite du président Macron à Calais pour visiter les migrants.

Un déplacement prévu pour expliquer sa politique migratoire.

Pour l’occasion, on vérifie les robinets, on sert quelques louches, on fait un discourt avec quelques annonces fortes et retour sur Paname.

C’est rare, mais pour une fois, je suis d’accord avec sa loi sur l’immigration.

Plus de Jungle à Calais affirme Macron

C’est la moindre des choses. J’imagine la vie des Calaisiens avec cette population de migrants, les bagarres, les dégradations, la peur.

J’imagine seulement, car j’habite aussi au bord de la mer, dans un petit village où les seuls migrants que je rencontre, c’est le dimanche matin au PMU (humour).

Je vais avoir des emmerdes avec les associations calaisiennes.

Mettez-vous à la place des chauffeurs-routiers qui subissent les attaques rangées des migrants qui veulent à tout prix monter dans la remorque des camions pour aller en Angleterre.

Là encore, je ne comprends pas. Les Anglais ont quitté le Marché Commun et nous continuons à retenir les migrants.

Les migrants veulent gagner l’Angleterre, laissons-les passer. Mieux, mettons-les dans les ferry à destination du Royaume-Uni.

Ça coûtera moins cher à la collectivité et cela nous évitera sûrement tous ces emmerdements.

N’oublions pas que 100 000 migrants par an qui arrivent en France, c’est 100 000 chômeur de plus.

Et puis, la frontière Anglaise est en Angleterre et non pas à Calais.

les migrants, les sans-abris
Voilà, c’est ici que j’habite…

En France les sans-abris crèvent tous les jours.

Une chose me chagrine tout de même.

Il est normal d’accueillir dignement les migrants, mais pas à n’importe quel prix.

Pendant ce temps-là, des sans-abris crèvent de faim, de froid dans la rue dans l’indifférence générale ou presque.

Les médias vont s’empresser de reprendre la nouvelle, cela fait vendre ce genre de fait divers.

Vous savez qu’il y a des gens, des êtres humains qui dorment, mangent, vivent dans leur voiture et qui vont au boulot comme vous tous les matins sans même un café dans le corps?

Ces gens là n’ont pas droit au logement alors, qu’une famille de migrants qui arrivent en France a droit à un appartement tout neuf + les aides qui vont bien. On marche sur la tête.

Je ne parle même pas des gens qui survivent avec 500€ par moi pour se loger, manger, payer les factures. Et là, rien, pas de véritable matraquage médiatique.

Heureusement que Coluche a eu cette idée dingue il y a 30 ans de créer les restos du cœur pour venir en aide à ces personnes dans le besoin sans oublier les autres associations qui aident tous les jours pour que tous ces gens puissent survivre.

Le niveau de vie en France pour les pauvres a encore diminué alors, que les riches ont continué à s’enrichir, est-ce normal ?

les intellectuels s’en mêlent

Pour une fois qu’un gouvernement assume ses choix, nous assistons à une levée de boucliers de la part des intellectuels pour critiquer la politique migratoire du gouvernement.

Je viens d’avoir une idée toute bête.

Pourquoi ces mêmes intellectuels ne prendraient pas 10 migrants chacun chez eux, dans leur grande maison pendant 1 an puis, on reparle de tout ça.

Je ne suis pas certain que leur position serait la même, mais bon, allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un intellectuel ?

Autre chose, nous n’avons pas la même éducation, nous n’avons pas la même mentalité, nous n’avons pas la même façon de vivre et ça, c’est déjà à mon sens un frein à l’immigration.

D’autres, ont réussi à s’intégrer :

  1. Les Portugais
  2. Les Espagnols
  3. Les Asiatiques

On ne parle jamais d’eux et pourtant, ils sont bien là.

Mais, beaucoup n’ont pas réussi cette intégration

  • Les Maghrébins que De Gaulle a fait venir en France pour vider les poubelles, boulot que les Français ne voulaient pas faire.
  • Les Africains qui sont un peu dans le même cas.

Là, ce n’est pas la même. On parle d’eux tous les jours. Trafic de drogue, agressions, vols, règlements de compte. Ne me dites pas que c’est faut, regardez dans la population carcérale.

Alors !

Si on s’occupait d’abord de la pauvreté chez nous avant de s’occuper des pauvres venus d’ailleurs ?

Accueillir encore plus de migrants ? Non, je suis contre. En accueillir avec parcimonie oui avec des règles bien définies et on s’y tient, ce n’est pas compliqué, si ?

En relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.